1) Le rôle de la mémoire procédurale

 La mémoire procédurale est un système de mémorisation parallèle à celui que constituent la mémoire sensorielle, la mémoire à court terme et la mémoire à long terme. Cette mémoire est aussi appelée mémoire des habilités motrices mais elle est plus connue sous le nom de mémoire non-déclarative. Elle est inconsciente (ce qui la différencie de la mémoire déclarative), donc implicite, et permet de se souvenir d’association, de savoir faire (faire ses lacets, faire du vélo, nager,…), de gestes habituels et d’habitudes sensorimotrices. Cette mémoire est difficilement verbalisable et ne requière pas une récupération consciente ou intentionnelle du souvenir, nous ne sommes d’ailleurs en général pas conscient d’apprendre quelque chose. Elle se manifeste directement par l’action, et son acquisition est progressive.

2) Démonstration de la mémoire procédurale

  Exemple : vous apprenez à faire vos lacets

Tout d’abord notre mémoire sensorielle repère l’information à traiter, ensuite la mémoire de travail entre en action celle-ci doit intégrer la succession de geste à traiter (il faut qu’il y ait répétition du geste à traiter pour que le geste soit mémorisé).

Après notre mémoire de travail envoie l’apprentissage  « faire ses lacets » à la mémoire sémantique, la mémoire sémantique entre donc à partir de ce moment dans l’action de faire ses lacets mais cette action ne se fait pas encore automatiquement.

Pour finir le geste va devenir progressivement automatique et va donc passer parallèlement dans la mémoire procédurale et à partir de ce moment nous n’avons plus besoin de penser, de réfléchir à ce geste.